Vous êtes ici

Madame Choup

Soumis par Je Produis Français le 27. Septembre 2013 - 17:44
Alerte rouge en cuisine avec le made in france sexy de madame choup.

Marque :

Categorie d'actu:

Difficile de rester concentré. Les cuisinières se donnent un nouveau genre grâce aux tabliers affriolants de Madame Choup. Le tout est, bien sûr, fabriqué en France ! 

Je produis Français : D&;où vous est venue l&;idée de ces cooking dress?
Céline Galliano (créatrice de Madame Choup) : l&;entreprise est née il y a 2 ans
. Donc, j&;ai lancé ça toute seule. J&;étais en agence de communication. Et de fil en aiguille, en cherchant la bonne idée, comme je cuisine pas mal; je me suis dis "je n&;ai pas de tablier, si j&;essayais de m&;en faire un". Et je me suis dis "c&;est ça l"idée!". Il n&;y a rien de sexy, rien d&;un peu coquet, quand on a envie de recevoir du monde. Je suis dans le centre de Paris, dans le marais. On a une boutique en ligne et quelques distributeurs, surtout en province. J&;espère, très prochainement, sur Paris aussi.

JPF : Votre Process de Fabrication
C.G :
J&;importe mes tissus principalement des Etats-Unis, un tout petit peu du Japon et d&;Italie. Les Etats-Unis et le Japon, c&;est un peu les as des tissus patchwork, sur la qualité et sur leur designer. En France, on est pas très fort sur les cotons. Surtout les cotons un peu jolis, rétro, un peu fun. On est fort sur la soie ou la toile de jute, des matériaux plus couture. J&;importe tout ça. Et ensuite, je fais tout fabriquer en France. ça commence chez moi. Les patronages, c&;est moi qui m&;en occupe. Donc, ça commence simplement par des petits croquis, des dessins. Ensuite, ces dessins je les modélise, je les transforme en patrons. Je choisis mes tissus, je fais mon petit mélange. Et après l&;exécution, c&;est les ateliers qui s&;en chargent. Il y en a un à Mantes la Jolie (78), un à Montigny les Cormeilles (95) et un à Paris centre (75).

JPF : Vous êtes une PME, voir une TPE. Que Pensez-vous du made in France
C.G:
Le made in France au départ, c&;était plus un choix pratique : pour la langue, trouver des ateliers, obtenir ce que je veux, les échanges... Comme j&;étais complètement novice en textile et en couture, c&;était quand même plus pratique de pouvoir aller sur place, montrer exactement ce que je voulais, m&;assurer aussi de la qualité. Maintenant la fabrication française, pour des petites sociétés comme moi, c&;est quand même très compliqué notamment au niveau du prix.

Interview réalisée le 17/09/13

lien-partenaire: