Vous êtes ici

Reconquête industrielle : la France s'organise

Soumis par Je Produis Français le 7. Octobre 2013 - 18:05
Arnaud Montebourg et ses 34 chefs de projet de la Nouvelle France Industrielle

Categorie d'actu:

Comment augmenter nos exportations? C&;est tout l&;enjeu de la conférence qui s&;est tenue ce matin à Bercy autour d&;Arnaud Montebourg. Objectif : faire gonfler la part du made in France dans le monde

L&;ennemi public : la lenteur de l&;administration
Ils sont venus. Ils sont tous là. Les 34 chefs des plans de reconquête de la nouvelle France industrielle le répètent à foison. Associer les PME à leurs grands projets pour les tirer vers le haut n&;est pas le problème. Savoir quel mécanisme financier leur est dédié ou quelle équipe les accompagne dans les ministères; ça c&;est une autre affaire! On leur parle de gouvernance publique-privée pour ces grands projets. Petit frisson autour de la table. L&;enjeu pour ces 34 capitaines d&;industries, c&;est donc de savoir plus précisément qui sera leur interlocuteur. Dans les grandes compétitions internationales, il faut être réactif. Vitesse et transversalité sont, selon les participants, les difficultés principales. "Nous allons inventer les outils au cas par cas, répond Arnaud Montebourg. Il n&;y aura pas de nouvelles structures, car il y a des filières qui sont organisées et d&;autres qui ne le sont pas. Chacun des 34 chefs de projets aura un correspondant au cabinet du ministre du redressement productif, avec des rendez-vous mensuels pour faire le point". Faut-il se réjouir de l&;absence d&;un nouveau millefeuille ou sourire à l&;idée de ce qui s&;annonce être un joyeux bazar? Arnaud Montebourg y croit. "Impossible n&;est pas français!" Le ministre prend des accents napoléoniens. Est-il encore de gauche?

Pragmatisme
L&;argent, c&;est le deuxième combat. Quelle enveloppe est prévue pour les grands projets de la nouvelle France industrielle ? Près de 4 milliards d&;euros. "Soit un peu plus de 100 millions d&;euros par projet selon un calcul tout bête" réagit immédiatement l&;un des participants. Chaque projet vaut-il qu&;on lui attribue la même somme? "Non, assure Arnaud Montebourg. Le détail des crédits n&;est pas encore fixé. C&;est à Louis Gallois de trancher! Et le ministre du redressement productif d&;ajouter face à ce grand flou décisionnel "Je vous propose le pragmatisme. Il faut être créatif, inventif, imaginatif". La pause fiscale, ça vous parle? Pas question de créer un nouvel impôt. On fera avec ce qu&;on a ou nos capitaines de mouilleront la chemise pour trouver des fonds.

Changer intelligemment les règles du jeu
Voilà la bonne idée qu&;on attendait! Arnaud Montebourg l&;affirme "la mise en œuvre de ces 34 plans industriels passera par des changements de réglementation". Avec le véhicule à pilotage automatique par exemple, les assurances vont devoir repenser leurs contrats. Une évolution législative, enfin! Et c&;est aux 34 de faire des propositions concrètes. Tous doivent rendre une feuille de route concernant leurs projets d&;ici fin 2013, début 2014. Chaque idée sera ensuite débattue au Conseil National de l&;Industrie. Le , le petit parlement de l&;industrie, tiendra deux réunions par an en présence du 1er ministre qui fera son choix.

En ordre de bataille?
Arnaud Montebourg s&;apprête à endosser le costume de VRP international. "Nous nous positionnons à l&;offensive dans la mondialisation". Le ministre du redressement productif va entamer une grande tournée dans le monde pour expliquer ces 34 plans industriels. Première étape : le MIT américain. Aux étudiants du célèbre Massachussetts Institute of Technology, le ministre va leur expliquer que "la France, ça n&;est pas que les droits de l&;homme. Notre récit économique est tout aussi révolutionnaire!". Drôles de français vont-ils sans doute songer.