Vous êtes ici

Les startups négligées par le gouvernement

Soumis par Je Produis Français le 30. Avril 2014 - 8:57
Charline Goutal fait des propositions au gouvernement

Categorie d'actu:

Elles sont loin d'être convaincues par les mesures prises par Manuel Valls. Les startups se mobilisent pour faire des propositions. L'exemple avec Ma P'tite Culotte.

Je Produis Français : Baisse des cotisations patronales, simplification fiche de paie... Les récentes annonces du gouvernement vont-elles dans le bon sens pour soutenir les entreprises qui font vivre le made in France?
Charline Goutal (co-fondatrice Ma P'tite Culotte)
: Pour l'instant, il n'y a aucune mesure qui va nous impacter de façon signifiante dans notre quotidien. On est une startup. Avant d'avoir notre premier salarié, il faut attendre en général au moins un bilan. Dans les 3 années qui arrivent, on a rarement plus de 10 salariés. Alors oui, ça joue. Mais ça ne va rien changer. Nous, on cherche justement à embaucher. On a besoin d'étoffer nos ressources humaines puisque notre structure se développe. Ce qui serait peut-être intéressant, c'est de stimuler l'embauche dans les startups ou les petites entreprises qui justement grossissent. Elles ont besoin de personnel et n'ont pas du tout les moyens d'en engager parce qu'elles utilisent toutes leurs ressources pour leurs trésoreries et développer leurs activités.

JPF : Quand le gouvernement annonce des réductions de charges patronales, ça n'est pas assez?
C.G
:ça ne cible pas les startups, c'est bien ça le problème ! On devrait être aidé en tant que startup et recevoir plus d'aides que les grosses sociétés qui ont les épaules pour engager plusieurs personnes. Nous, on aimerait le faire. On en a besoin. C'est vital. Et pourtant, on n'y arrive pas parce qu'il faut une mise de départ extrêmement importante. Pour nous c'est très lourd. On ne se rémunère pas en tant que fondateur d'entreprise ou associés. La plupart du temps, on est au RSA. On a un niveau de vie qui est vraiment très difficile à gérer. Pourtant, on préfère embaucher quelqu'un que se rémunérer pour pouvoir développer notre activité. Mais même avec ça, on n'y arrive pas. Parce qu'on n'arrivera pas à attirer les bons talents. Le SMIC ou un demi SMIC si on fait un CDD partiel, ça ne conviendra pas à attirer les bons talents. Ce qui serait intéressant, c'est de proposer une mesure qui va aider les entreprises de moins de 10 salariés à recruter pour se développer.

JPF : Quelle serait selon vous une bonne proposition pour des sociétés comme la votre?
C.G :
Ce serait d'enlever toutes les charges patronales sur la première année et sur les 3 premiers salariés d'une startup.

JPF : Pourtant, il y a des structures, comme la BPI, pour vous aider?
C.G :
Je ne vois pas à quel coup de main on peut faire référence. J'ai appelé justement ce matin même BPI France qui m'indiquait que mis à part le PCE (le Prêt à la Création d'Entreprise), qui s'élève à 7000€ (donc autant dire rien du tout); il n'y a aucune autre mesure. Sinon, il faut être une entreprise innovante (donc avoir une innovation technologique). Ce qui n'est pas mon cas. Moi je maintiens un savoir-faire en France qui est un savoir-faire historique. Pourtant, je n'ai absolument aucune aide. Sinon, il y a aussi le crédit impôt collection auquel je ne suis pas éligible puisque je n'ai pas de salariés.

JPF : Vous vous sentez un peu seul dans ce combat ?
C.G :
Plus que seul. Oui! Si j'étais la seule entreprise, la seule structure à être comme ça, il n'y aurait pas de soucis. Ce qui m'inquiète, c'est qu'on est plusieurs. Le problème, c'est que les politiques ne sont pas assez en lien avec les entrepreneurs français pour comprendre ce qu'ils vivent.

JPF : Du coup, vous cherchez d'autres structures pour vous soutenir, comme Réseau Entreprendre
C.G :
Les Réseaux Entreprendre, c'est un réseau qui est national. Il y a des délégations par départements. Et via ce réseau, lorsqu'on est élu lauréat, on peut bénéficier d'un prêt d'honneur. Selon les délégations, ça peut être entre 10.000 et 50.000 €.

interview réalisée le 24/04/14

JPF